Nos conseils santé pour une peau dorée cet été

Quel plaisir de ressortir de nos armoires nos petits tops, robes et maillots !!

C’est comme un signal, une fête, la promesse du soleil qui viendra lécher notre peau enfin dénudée…Mais une peau brunie ou rouge écarlate, parsemée de petits boutons (voire même de gros boutons… !) n’a rien d’attirant vous en conviendrez. Et le bronzage « agricole » est trop ridicule ! pas besoin d’un dessin…

De nos jours bronzage rime avec bonne santé. Une belle peau saine et appétissante s’obtient grâce à un petit programme santé / beauté qui ne demande que quelques minutes chaque jour dans un mode de vie équilibré. Pour vous parer d’une peau dorée et veloutée à souhait suivez donc la bonne méthode

  • « Tout ton corps tu détoxiqueras »

Parsemée de milliers de minuscules glandes sudoripares et sébacées, elle permet l’excrétion d’une partie des toxines véhiculées par nos fluides corporels (sang, lymphe, sucs biliaires.) Toutefois pour éviter l’affluence de la totalité des déchets accumulés pendant l’hiver (ce qui occasionnerait boutons, acné, points noirs, hyper sécheresse, transpiration mal odorante…) votre peau fera équipe avec les autres organes émonctoires ( Intestin, Foie / Vésicule biliaire, Poumon et Reins ) pour éliminer avant de se régénérer.

  • Une cure « détox » s’impose pour commencer !

Les plantes seront sélectionnées selon leur pouvoirs excréteurs en jus frais (chou kalé, épinard, carotte légume et fanes, bulbe de fenouil, pomme… ) ou jus embouteillés ( Cure Breuss ) et/ou en ampoules à diluer pour un usage simplifié. Boire chaque jour 1 litre et 1/2 d’une eau pure pas trop minéralisée ( Montcalm, Rosée de la Reine, ..) les infusions et autres boissons sont en plus.

Une réduction alimentaire doit être associée pour alléger le travail des organes digestifs et augmenter l’énergie des émonctoires. Un jeune avoir été pratiqué au printemps, durant un ou deux jours en Week end en absorbant à volonté les boissons citées plus haut. Une mono diète peut également être pratiquée durant 2 à 3 jours, la semaine suivante : choisissez alors un fruit ou un légume que vous pourrez manger à volonté, cru ou cuit selon votre envie.

  • Mon « poto » le Bouleau !

Une deuxième phase détox peut être pratiquée avec la Sève de Bouleau. Ce jus, riche en vitamines et surtout en oligo- éléments va effectuer un drainage plus doux tout en apportant les métabolites participant à l’équilibre acidobasique de tous nos tissus.

  •  Ma copine la Spiruline !

Une cure de Spiruline sera une excellente alliée. Riche en acides gras essentiels oméga 3 d’origine végétale, en Bêtacarotènes (précurseur de la Vitamine A, qui participe au maintien de l’acuité visuelle, à l’intégrité de la peau et des muqueuses et nous donne une couleur bonne mine !) et en phycocyanine (composé protéinique appelé « l’Or Bleu » aux vertus protectrices et détoxifiantes du sang, du foie et des reins ). La Spiruline est aussi riche en minéraux et oligoéléments (notamment le fer). A l’énoncé de ses composants on comprend facilement l’intérêt de ce super aliment !

  • La prise éventuelle de capsules solaires (Laboratoire Super Diet) composées de 3 huiles dont celle d’Argan, vitamines, béta caroténoïdes, et collagène sera une garantie d’apports adéquats pour optimiser la qualité du bronzage et sa tenue dans le temps.
  • « Ta peau tu bichonneras »

Pratiquez une à deux fois par semaine un gommage à l’aide de votre savon habituel sur un gant de Loofah (Kerala Nature) ou des gants en fibres végétales de culture biologique (Beliflor). Composé de Chanvre pour les peaux plus sensibles ou d’Ortie, ils stimulent la régénérescence cellulaire cutanée, la circulation sanguine et lymphatique et accélère le processus d’élimination. Appliquer ensuite un lait corporel relipidant et hydratant comme celui à l’huile d’Argan de la marque vauclusienne Cerra ou appliquer une huile végétale (Florame, Emma Noel, ou Wéléda ) ajoutée pour moitié à du gel d’Aloé Véra ( Diet Horizon, Lilly of the Désert, Pur Aloé).

Une crème gommage « maison » peut être concoctée avec : 1 pot d’huile de Coco ajoutée à du sucre complet, quelques gouttes d’extrait de pépin de pamplemousse, de l’huile essentielle de Tea Tree, de Lavande Fine et de la noix de coco râpée. Appliquer 1 à 2 fois par semaine avec un gant de coton sur une peau mouillée à l’eau tiède. Insister sur les parties où la peau est plus sèche ou épaisse (talons, coudes, sole plantaire). Eviter les zones sensibles et les muqueuses. La peau sera toute douce et recouverte d’un léger film protecteur grâce à l’huile de Coco qui vous dispensera d’appliquer un lait corporel pendant 24 heures !

  • « Ta peau tu protégeras »

Une protection solaire adéquate doit être appliquée avant et pendant toute exposition solaire (sports, promenade, jardinage ou sieste en extérieur). L’indice sera fonction de votre carnation (peau mate ou claire) et votre niveau de bronzage déjà atteint. La protection sera la plus élevée (indice 50) dans les premiers jours pour diminuer (indice 30) quand le bronzage sera bien avancé. Ne pas oublier que les indices sont fonctions du temps de protection optimal (indice 30 = 30 minutes) et que la crème doit être renouvelée plus fréquemment si l’on transpire (sport) et après chaque baignade.

Un petit roll on « extrême waterproof » peut être facilement transporté pour être utilisés pendant les sports nautiques ( Alphanova Sun ). Le produit doit être garanti sans nano particules, autant pour votre organisme que pour l’environnement naturel notamment les fonds marins.

Les enfants doivent être particulièrement protégés : laits solaires appliqués comme précisé plus haut, plus casquette ou chapeau et teeshirt pour les moins de 6 ans. Pour tous, petits et grands, des lunettes de soleil sont indispensables pour protéger les organes visuels. On attachera donc moins d’importance à la marque de la monture mais plus à la qualité des verres et à la protection garantie.

Elle doit être optimum si l’on va au bord de mer ou en montagne. Demander conseil à un opticien compétent est plus prudent car les yeux de ces petits ne sont qu’à l’aube de leur utilisation, les plus grands souffriront moins vite de cataracte ou de DMLA « mieux vaut prévenir que guérir ! »

Pour rappel : les bébés ne doivent pas être exposés en plein soleil ! car leur peau, organe le plus important par sa surface, n’est pas encore mature. Elle serait vite et gravement endommagée, sans parler du risque d’une déshydratation et insolation rapide pouvant être mortelle ! Néanmoins pour qu’ils profitent de l’air marin et/ou pur de la montagne on peut les protéger efficacement avec une installation sous parasol de couleur foncée, un petit tee shirt ample couvrant le haut sans les faire transpirer (car des rayons UV passent tout de même), et leur appliquer très souvent un petit jet d’aérosol d’une eau thermale (Montbrun ou autre..)

A noter que les protections solaires ne sont préconisées qu’à partir de 6 mois, donc si votre bébé a plus de 6 mois il pourra bénéficier d’une protection solaire BB sans nano particules, bien sûr ! ( Alphanova Sun )

Enfin, pour conserver toute sa beauté, des fonctions organiques et intellectuelles optimales : pensez à vous hydrater, par petites gorgées, tout au long de la journée !

 

 

La Vitamine D

VitD3

La vitamine D est une vitamine liposoluble (soluble dans les graisses), essentielle à notre vie. Elle intervient en effet, de manière obligatoire dans l’absorption du Calcium dans toutes les cellules de notre corps et plus particulièrement de nos reins, nos os, nos muscles et nos articulations.

Elle intervient également dans l’absorption du Phosphore par nos intestins, permettant ainsi les échanges indispensables entre les membranes de nos cellules et les tissus de notre corps.

Enfin, elle semblerait contribuer de manière active à la protection de notre organisme contre le diabète et certains cancers par une action de réparation de l’ADN sur plus de 200 gènes.

Une quantité suffisante de vitamine D est donc nécessaire à tous les âges : de l’enfance pour éviter le rachitisme à l’âge adulte pour éviter l’ostéomalacie et le risque d’ostéoporose4.

 

Comment faire le plein de vitamine D ?

De deux manières : (1) en s’exposant au soleil et (2) en consommant des aliments riches en vitamine D.

L’exposition au soleil

Le soleil, par l’intermédiaire des UVB, permet de synthétiser de la vitamine D dans la peau. S’exposer l’été permet donc d’engranger suffisamment de cette vitamine, jusqu’à la fin de l’automne. Attention toutefois, s’exposer ne veut pas dire rester au soleil pendant des heures : il s’agit de ne pas faire rougir la peau, jamais (ou alors à peine). Aux beaux jours, s’exposer modérément au soleil chaque jour (durant 10 à 15 minutes) suffit. Au-delà de ce seuil de tolérance, il faut soit se couvrir, soit se mettre à l’ombre, soit mettre de la crème solaire. Attention à être particulièrement vigilant s’il y a du vent car, dans ce cas, la sensation de chaleur qui donne l’impression de cuire au soleil diminue ou disparaît.

 

Consommer des aliments contenant de la vitamine D

Seul problème : peu d’aliments contiennent de la vitamine D. Aucun en grande quantité.*

Les champignons et les végétaux en général, contiennent un peu (très peu) de vitamine D2 (ergocalciférol)

 

Les huiles de poissons, le beurre et, dans une moindre mesure, le lait et les œufs et les poissons gras contiennent un peu de vitamine D3 (cholécalciférol)

La vitamine D existe sous la forme de compléments alimentaires, soit concentré d’huile de foie de poisson, soit à partir de laine de mouton (lanoline), soit sous forme végétale à partir de levure exposée aux UV.

Il est donc recommandé à chacun et plus particulièrement aux enfants et aux femmes ménopausées de penser à se supplémenter en vitamine D durant les mois les plus sombres de l’année (de l’automne jusqu’au début du printemps).

VRAI ou FAUX : Mise au point sur le GLUTEN !…

On a déjà beaucoup dit et beaucoup entendu sur le Gluten. Du pire au plus anodin. Comment faire le tri ? Que faut-il en penser ?

Et si nous en profitions pour faire ensemble une mise au point sur le Gluten, à l’essentiel…

image-generique
Sans Gluten

Tout d’abord sachons qu’on ne doit pas parler d’allergie au Gluten (sauf cas rarissime !).

Contrairement à ce que nous entendons trop souvent dire, ce n’est pas notre système immunitaire qui est en jeu. On ne risque donc pas de faire un choc anaphylactique à type de syndrome de Lyell en consommant des aliments contenant du gluten !

Non, on parle plutôt d’intolérance au Gluten qui va se manifester par des pathologies intestinales et/ou extra-intestinales, comme l’arthrite, le diabète de type 2, la fibromyalgie, les migraines, etc…

Comment expliquer ce phénomène ?

Les grains de céréales qui contiennent du gluten (blé, orge, avoine, seigle, kamut, épeautre et triticale) contiennent des glycoprotéines (des protéines « accrochées » à des sucres complexes) qui vont durant la cuisson (du pain, par exemple) se transformer en glycotoxines (dont des oligopeptides acrylamiques). Ces glycotoxines peuvent pénétrer dans les tissus, en raison d’un intestin grêle devenu perméable (qui laisse passer des protéines non digérées) pouvant ainsi contribuer à l’inflammation et à la détérioration de certains tissus, comme les articulations. Nous disposons, de façon naturelle, de nos propres mécanismes enzymatiques qui inhibent et éliminent ces glycotoxines. Toutefois ce mécanisme est plus ou moins efficace d’un individu à l’autre.et certaines personnes auront des dommages tissulaires après avoir consommé sur une longue période des aliments à forte teneur en Gluten.

Pour aller un peu plus loin…

On peut noter qu’il n’y a pas que les produits céréaliers qui contiennent des glycotoxines. On en retrouve un peu dans les viandes trop grillées ou brûlées, les frites, les huiles brûlées ou trop de fois chauffées…

En résumé, si vous ne souffrez pas de troubles inflammatoires ou de maladies auto-immunes, il n’est absolument pas indispensable d’éliminer le Gluten de votre régime alimentaire. On se contentera d’éviter les aliments très (trop !) frits, les croûtes de pain brûlées, et de penser à varier son alimentation en pensant à remplacer de temps en temps le blé par du riz complet, du quinoa, du millet, de la châtaigne, du sarrasin qui contiennent des protéines simples et dépourvues de toute toxicité potentielle.

Pour rester en bonne santé, mangeons varié, équilibré et Bio !…

Attention aux premiers froids !!

 

Depuis quelques semaines et pour encore deux bons mois, les jours raccourcissent à vue d’œil ! L’automne est là et l’hiver arrive. Les frimas, vents froids, temps humides et redoutables courants d’air arrivent à grands pas ! Attention à ces premiers contacts avec le froid car ce sont bien souvent les plus redoutables. En effet, notre corps n’est pas encore préparé tant sur le plan physiologique que sur le plan de l’immunité et donc, patatras, on déclare sa première angine de l’année, sa rhino-pharyngite voire sa bronchite… On est alors malade, et on se fragilise une bonne fois et ce, pour une bonne partie de l’hiver qui vient.

Que faire ? Peut-on anticiper cela et se prémunir un peu mieux face à ces échéances ?

Oui, il est bon de savoir que c’est en ce moment que l’on peut agir efficacement de sorte à se prémunir contre ces premières attaques du froid et leurs conséquences pour notre santé : Comment ? En stimulant notre système immunitaire. La nature met à notre disposition de nombreuses solutions qui vont nous permettre de renforcer nos propres défenses immunitaires.

Ce sont principalement

  1. Faire une cure de probiotiques (lactobacilles)pour renforcer sa muqueuse intestinale. Une étude a ainsi montré que prendre un mélange de lactobacilles, tous les jours pendant 2 semaines, réduit le risque d’attraper un rhume. On les trouve dans les yaourts, à raison de 1 à 2 par jour, ou dans les compléments alimentaires.
  2. Boire un verre de jus d’orange frais chaque jour. Riche en fructose ( un bon sucre naturel), en vitamine C et en potassium le jus d’orange possède un indice glycémique faible. Il sera donc un allié naturel facile et efficace durant l’automne et l’hiver.
  3. Se défatiguer avec le magnésium. Le magnésium est un oligoélément défatigant, indispensable à notre santé. Il est naturellement présent dans les fruits de mer, les poissons et les oléagineux ( noix, noisettes, noix de cajou, noix du brésil, amandes..)
  4. Dormir suffisamment. Une nuit blanche suffit à affaiblir le système immunitaire, car elle réduit le nombre d’une certaine famille de globules blancs. Les médecins recommandent tout de même de dormir au moins 7 à 8 heures.
  5. Pratiquer une activité physique régulière. Un exercice modéré, c’est-à-dire 30 à 60 minutes de marche par jour, la plupart des jours de la semaine, est bénéfique et immunostimulant. Il réduit le risque d’infections respiratoires d’environ 40 %.
  6. Enfin, des plantes et extraits de plantes vont renforcer notre immunité. Le Ginseng(Panax Ginseng). Le ginseng est utilisé notamment en Médecine traditionnelle chinoise comme tonique général, contribuant à l’amélioration d’une foule de fonctions physiologiques, y compris des fonctions immunitaires. La Commission E et l’Organisation mondiale de la Santé reconnaissent les effets toniques du ginseng sur l’organisme des personnes fatiguées ou affaiblies. Par ailleurs, des études tendent à montrer que cette plante serait intéressante pour fournir une meilleure protection contre la grippe et le rhume.

Les Echinacées sont surtout utiles pour réduire légèrement la durée d’un rhume et en atténuer les symptômes. En ce qui concerne la prévention, les études n’apportent pas de réponse claire pour le moment. Certaines indiquent que la prise régulière d’échinacée peut effectivement réduire la fréquence du rhume.
Les produits de la ruches tels que la Gelée Royale ou certains Pollens sont traditionnellement connus pour leurs vertus sur le renforcement de la synthèse de nos défenses immunitaires.

Ainsi, par une alimentation saine bio, variée et équilibrée, avec en outre quelques produits naturels et une bonne hygiène de vie nous devrions passer cet automne et cet hiver en pleine forme et en bonne santé !!…

La Sève de Bouleau Fraîche

SÈVE DE BOULEAU FRAÎCHE

DES HAUTES-ALPES

100% PURE NON PASTEURISÉE

LA RÉCOLTE

Au printemps, la sève de bouleau (qui est le liquide nourricier de l’arbre) est récoltée dans la vallée du Champsaur (Hautes-Alpes) à plus de 1000 mètres d’altitude sur des bouleaux sauvages.

La période de récolte s’étale sur 7 semaines (de la 2ème quinzaine de mars à fin avril).

Sève de bouleau fraîche 100% pure non pasteurisée

LES BIENFAITS DE LA SÈVE DE BOULEAU

  • La sève de bouleau favorise le drainage naturel de l’organisme,
  • Elle permet l’élimination des toxines accumulées pendant l’hiver,
  • Elle a une action sur la diurèse, et donc sur les reins,
  • Elle aide à éliminer les déchets organiques comme l’acide urique et le cholestérol,
  • Elle a une action revitalisante et minéralisante,
  • Elle aide à lutter contre les infections rhumatismales,
  • Elle aide à assouplir les articulations et à fortifier le système osseux.

 

CONSEIL D’UTILISATION

1 bib de 2 litres représente 3 semaines de cure pour 1 personne

(à conserver au frais pendant 30 jours)

La sève de bouleau se consomme à raison d’un demi-verre par jour (6 à 8 cl) sans addition d’eau, de préférence le matin à jeun.

 

Pour plus d’informations et conseils nous sommes à votre disposition au magasin.

Notre producteur partenaire: Ets Gayral

 

C’est le printemps: pensez à la détox !

 

Idéal pour une détox à chaque changement de saison !

Synergie de plantes biologiques sélectionnées pour la détox des émonctoires (foie, peau, rein, poumons)

Préparation unique à base de 17 plantes biologiques dont la Chicorée (Cichorium intybus) cultivée dans la Drôme et le Morvan

EFFET DÉTOXIFIANT (artichaut)

2 ampoules par jour (1 matin, 1 midi) à diluer dans un verre d’eau citronnée avant le repas, pendant 20 jours.

CONTRIBUE À :

SOUTENIR LA SANTÉ DU FOIE (chicorée)

UNE PEAU NETTE (ortie)

LA FONCTION NORMALE D’ÉLIMINATION URINAIRE (chicorée)

LIBÉRER LES VOIES RESPIRATOIRES (matricaire)

 

 

Les compléments alimentaires doivent être utilisés dans le cadre d’un mode de vie sain et ne pas être utilisés comme substituts d’un régime alimentaire varié et équilibré. Précautions spécifiques précisées sur l’emballage du produit.